TAP DANCE

JEUDI 31 MARS 2016 à 20h

Projection//discussion autour de « Tap » avec Stevie Lacote autour du thème Danse//Cinéma//Rehabilitation

Tap

« Tap » de Nick Castle (1989 – 137min)

Max Washington (Gregory Hines) vient de sortir de prison, il avait été arrêté pour avoir participé à un cambriolage. En prison, une seule chose l’aidait à survivre : le tap, les claquettes. Max retourne alors à son club favori, un club de danseur de claquettes appartenant à son père. Son ancienne petite amie, Amy (Suzanne Douglas), y travaille toujours comme professeur, mais ne veut plus de lui, bien qu’elle souhaite rester amie avec. Néanmoins, son père, Little Mo (Sammy Davis Jr.) est très heureux de le revoir : il compte le faire participer à son spectacle. Cependant, les anciens associés de Max ont aussi des projets pour lui… Malgré tous ses efforts, Max ne parvient à rien, et le seul travail dans lequel il réussit est plongeur. Alors, il accepte le plan de ses anciens associés. Cependant, Amy fera tout pour l’aider à s’en sortir et à ne pas replonger dans le milieu malfamé.

« Tap est un mélange étonnamment riche et affectueux de danse et d’histoire qui dépasse respectueusement une ère terminée pour livrer en abondance un divertissement contemporain. Passionné par ses deux engagements en tant que réalisateur et scénariste, Nick Castle (dont le père avait été chorégraphe de Fred Astaire et Gene Kelly), avec Gregory Hines (dont la carrière de danseur de claquette a commencé à cinq ans au Harlem’s Apollo Theater), délivre un projet qui bénéficie d’un casting de rêve. […] La danse dans ce film semble une réponse profonde et exubérante à une lutte urbaine. Autre grand avantage du film, son introduction […], un mélange de claquette et de rock électronique. » – Variety

Ce film est le dernier film de Grégory Hines au Cinéma. Il s’appuie sur un thème récurrent dans les films de danse : un héros des quartiers pauvres qui échappe à sa condition grâce à sa passion de la danse. Toutes les comedies musicales à partir des années 70 jusqu’à aujourd’hui utiliseront ce ressort dramatique pour faire de la danse un acte de liberation, une porte vers l’émancipation et la reconnaissance. De Saturday Night Fever à Billy Elliot, de Fame à Flashdance en passant par tous les films récents mettant en scène de jeunes danseurs hip hop voués à concourir dans des battles aux allures de guerre des gangs… Quel rôle  symbolique aujourd’hui remplit la danse à l’écran ? Quelle force sociale le corps en mouvement représente-t-il de nos jours ? Stevie Lacote viendra éclairer le parcours de Grégory Hines et l’histoire des claquettes au Cinéma. Nous évoquerons également avec lui le rôle d’éternel anti-héros à l’écran endossé par les danseurs à travers l’histoire du Cinéma jusqu’à aujourd’hui, voué à s’en sortir grâce à son talent et sa tenacité.

Stevie-Lacote
Stevie Lacote
, réalisateur, danseur et professeur de claquettes

Né le 31 juillet 1988 à Saint-Etienne et fils de professeurs de danse, Stevie Lacote baigne depuis toujours dans le monde du spectacle. C’est donc tout naturellement qu’il apprend à son tour à danser les claquettes à l’âge de 6 ans, une première passion qui ne l’a jamais quitté puisque il enseigne actuellement cette discipline.

Il se perfectionne en faisant plusieurs workshops en Irlande et en France et travaille entre autres avec Dorel Surbeck (multiple champion du monde de claquettes), Georges Tapsking (doublure lumière de Fred Astaire), Pascal Hulin (chorégraphe et producteur du spectacle Tap Reloaded), ainsi que Colin Dunne, Joanne Doyle et Breandan de Gallai (ex-leaders de Riverdance). Il se produit professionnellement dans le spectacle Legend’Eire de la compagnie Sidh Dance à Lyon ainsi qu’au cabaret La Scène du Golf à Saint-Etienne, dont il contribue aux chorégraphies et à la mise en scène du spectacle. Attiré ensuite par le dessin, il passe un BAC littéraire option arts plastiques, puis entame des cours de théâtre à l’époque du lycée. Il se lance ensuite dans la réalisation avec son premier film amateur aux côtés de Christophe Dola en 2006. Depuis 10 ans, il produit au moins un film par année se formant à chaque poste technique en autodidacte.

Il créé ensuite, avec Christophe et d’autres amis, l’association Kick Production avec laquelle ils réalisent toutes leurs productions audiovisuelles. Ainsi, il est le scénariste et réalisateur des films amateurs suivants : Cavale en Enfer (2014), Born Dead (2013), Fenêtre sur la Nuit Bleue (2012), Entrevue (2011), Pas de Cadavre pour le Conducteur (2010), Agent 812 (2009), Suitcase (2009), West End Coke (2008), Horla (2007), Graal (2006).

Très sensible à la musique en tant que chorégraphe, il met en pratique ce rapport dans ses films en utilisant la bande originale comme un personnage à part entière. Il est par ailleurs l’auteur de plusieurs clips vidéos pour des groupes de musique comme Mac Abbé et le Zombi Orchestra, Oubéret ou El Jose.

Plusieurs de ses films ont été sélectionnés et primés dans des festivals de cinéma :

– 1er prix des 67èmes Rencontres du Court Métrage à Bourg en Bresse en 2015 pour Cavale en Enfer

– Prix d’interprétation pour Christophe Dola lors des 67èmes Rencontres du Court Métrage à Bourg en Bresse en 2015 pour Cavale en Enfer

– 1er prix de l’édition 2014 du festival Mulhouse Tous Courts pour Fenêtre sur la Nuit Bleue

– Prix de la meilleure bande son lors des 66èmes Rencontres du Court Métrage à Annecy en 2013 pour Born Dead

– Prix du jury lors des 66èmes Rencontres du Court Métrage à Annecy en 2013 pour Born Dead

– 1er prix des 65èmes Rencontres du Court Métrage à Annecy en 2013 pour Fenêtre sur la Nuit Bleue

 

Stevie est également le réalisateur de 3 épisodes de la web série The Hunters créée par Franck Gimenez, qui a récemment obtenu le 1er prix lors de la convention Geekopolis 2015 à Paris.

Membre bénévole du Festival Tournez Court à Saint-Etienne, créé en 2012 par Anthony Faye, Stevie Lacote se situe à présent dans une démarche de professionnalisation afin de mettre son expérience et sa volonté artistique au service de nouveaux projets, comme la web série Corvus et y apporter une dimension esthétique plus crédible.

Les commentaires sont fermés